La capitale économique ivoirienne abrite depuis ce 2 Mars 2017, le festival international de slam, organisé par le collectif  ‘’Au nom du slam’’. Au programme, une conférence dans la matinée et un master class dans la journée. Revivez à présent la soirée de cette première édition, colorée d’un stand up au centre culturel allemand (Goethe-institut) sis à Cocody.

La vie est dans le slam

Crédit : Cedrick KOUAKOU
BabiSlam – Crédit : Cedrick KOUAKOU

Des accapelas, des textes intéressants, édifiants et remplis d’engagements au rythme de balafon, tambour et guitare. C’est le spectacle que les slameurs d’Afrique et d’Europe ont servi au public de cette soirée de slam. Parmi ces paroliers, l’Allemand Julian Heun (invité spécial), Nira blessing (Burkina Faso), Lydol (Cameroun), Jewell King (Ghana) et bien d’autres slameurs locaux.

Ceux ci ont au travers des mots et des gestes exprimés l’amour, le genre, les mœurs, la mélancolie et la liberté des peuples et des  nations. Pour ces maîtres de la paroles, faire du slam est une manière de vivre, de faire battre le cœur. Nira Blessing nous confie même que “ Le slam, c’est tout moi. il m’a aidé à faire beaucoup de choses” nous a t-elle indiqué.

Ce festival, en plus d’être un spectacle, est une plateforme d’échange d’expériences, de partage de connaissances et de rencontre de tous les adeptes de cette forme d’art du récit lié à la performance scénique et poétique qu’est le slam.

20170302_214407
BabiSlam Photo de Famille – Crédit : Cedrick KOUAKOU

Julian Heun, le bluffer

Bien que la majorité du public ne comprend pas son message véhiculé, Julian Heun arrive quand même a impressionner. Son slam est rythmé et sarcastique. De par les rires de ces quelques allemands présent dans l’assistance, on finit par comprendre que l’artiste utilise l’humour comme cheval de bataille pour raconter son histoire. Mots, soupires, gestes est pour lui un jeu dont lui seul connait le secret.

David Dolégbé

Lisez une partie d’un texte de Julian Heun

Fragebogen (Questionnaire)

Puis-je poser quelques questions ?

Aimes-tu qu’on te pose des questions ?

Parce que cela signifie que quelqu’un s’intéresse à toi ?

De combien d’attention as-tu besoin ?

Combien de fois doit on te dire que tu es génial avant que tu sentes bien ?

Je me demande, je me demande, je me demande :

Connais-tu la situation quand quelqu’un te demande comment tu vas

et que tu ne peux pas tout répondre ?

Saviez-vous que je fais alors par mégarde un bruit comme Ottmar

Zittlau pendant le show satirique “Wochenshow” ?

Comment tu vas ?

Uhahaha !

C’est quoi cette question ? Que dois-je faire ?

Au fond, jusqu’où Ottmar Zittlau était-il cool ?

Et en fait, jusqu’à quel point Brisko scheinder était-il homophobe ?