La relation Homme/Animal au centre des expositions d’art à Abidjan

294

A Abidjan, ce mois de mars ne rime pas uniquement avec l’hommage aux droits de la femme. Dans les grandes galeries de la capitale les arts plastiques chantent en chœur et surtout à l’unisson vu qu’il y a des similitudes dans le travail proposé par chacune d’elles.

Nouvelle mythologie #3, 2019, Technique mixte sur toile, 284 x 353 cm ©Sadikou Oukpedjo,

Deux galeries d’art contemporain mènent des réflexions sur les relations entre l’homme et l’animal. La galerie Cécile Fakhoury avec l’exposition “Silentium” de Sadikou Oukpédjo et la fondation Donwahi avec “Adduna” d’Aliou Diack. 

La relation homme – animal en relief sur le boulevard Latrille d’Abidjan

A la Fondation Donwahi, l’exposition du sénégalais Aliou diack est une attraction. Tous les visiteurs sont unanimes sur le fait que son oeuvre ADDUNYA est impressionnante. Son travail est marqué par des pigments et des traces de félins qu’on peut facilement reconnaître sur ces grandes toiles qui arborent agréablement les cimaises de la fondation.

Une vue de l’exposition “ADDUNA” d’Aliou Diack à la Fondation Donwahi

Aliou Diack s’inspire de la nature et son art est bien plus qu’un simple spectacle artistique, c’est une sorte de sonnette d’alarme et de revendication car pour lui :

“Aujourd’hui ce qui m’anime c’est n’est plus le fait d’entendre ces animaux, mais le fait de ne plus les entendre, par rapport à l’exploitation de la nature.”.

Cette relation avec les animaux qu’il peint s’est manifestée à l’âge enfant et c’est à ce stade de la vie que Sadikou Oukpedjo fut lui aussi très impacté par les animaux.

Vue de l’exposition “Silentium” de Sadikou Oukpedjo à la galerie Cecile Fakhoury – Abidjan

Ce dernier avait même présenté un travail avec des figures hybrides et, dans lequel il témoignait de la dualité mi-homme mi-animal, dans une précédente exposition : “Anima”. Sadikou Oukpedjo revient d’une manière plus profonde et plus colorée sur cette réalité lors de l’exposition “Silentium”, actuellement en cours à la galerie Cécile Fakhoury. A travers ses créations, l’artiste montre que les attitudes de l’homme envers la nature lui font perdre conscience au point de rompre avec sa prétendue supériorité qu’il revendique. En clair, pour Sadikou, le monde animal représente une source de questionnements indispensables pour trouver sa place dans la société.