Le NISA consacre la série “Invisibles” et donne du crédit à sa première édition

1091

En Côte d’Ivoire, l’actualité est marquée entre autre, par des manifestations de la population d’Attécoubé qui s’indigne contre l’inaction du gouvernement face aux crimes des microbes. Pendant ce temps, Invisibles, série populaire qui raconte les péripéties de ces adolescents armés, vient d’être sacré meilleure production cinématographique à la nuit du septième art et de l’audiovisuel (NISA 2019).

« Invisibles » à visage découvert

Alex Ogou recevant le Nisa d’Or des mains du M. Sidi Touré, Ministre de la communication et des médias ©Désiré Ameka

La série Invisibles est désormais “Visibles” au grand jour et sous les feux des projecteurs.

Après un succès télévisé et une reconnaissance internationale au festival de la fiction TV de la Rochelle, Invisibles reçoit les honneurs de la nation à travers le NISA D’OR, la plus grande distinction de cette cérémonie, qui est à sa première édition. Une belle récompense qui encourage Alex Ogou qui, je l’imagine, avait un peu de mal de n’avoir pas vu sa série nominée au Fespaco 2019. C’est chose faite avec le Nisa, la Côte d’Ivoire reconnaît le mérite de cette production qui la rend tellement fier, vu la qualité du jeu de ces acteurs et le sujet traité dans cette fiction.

Abidjan capitale du cinéma Africain

Yvonne Nelson (A gauche), invitée d’honneur a été gratifiée pour sa contribution au rayonnement du cinéma africain © Désiré Ameka

Ce jour là, le vendredi 17 mai 2019, toute la crème du cinéma ivoirien était présente à L’espace Latrille Event (2 Plateaux).

Des réalisateurs, producteurs et acteurs les plus illustres aux plus jeunes, et d’autres venus de l’extérieur comme Yvonne Nelson (invitée d’honneur). Tous étaient assidus pour vivre ce moment symbolique. Avec le NISA, la Côte d’Ivoire peut désormais se vanter d’avoir une cérémonie de distinction cinématographique à la hauteur de ses productions.

Cet évènement est organisé par la conférence des producteurs audiovisuels de Côte d’Ivoire (CPACI) présidée par Patricia Claude Kalou, avec le soutien de la TV d’Orange Côte d’Ivoire.

L’objectif du NISA est de rassembler les cinéastes ivoiriens afin de fédérer leurs efforts pour l’essor du secteur audiovisuel en Côte d’Ivoire. Et cela tombe bien, car ces dernières années, le septième art ivoirien retrouve un visage plus étincelant, à l’image de ses premières heures portées par Timité Bassori et Henri Duparc, pionniers de ce secteur. Ils ont d’ailleurs reçus des prix d’honneurs pour leur contribution jusqu’à ce jour.

Tous les lauréats de cette édition 2019

CATÉGORIE CINÉMA

  • Prix du Meilleur scénario original en fiction long-métrage : ‘‘Braquage à l’Africaine’’, d’Owell Brown
  • Prix du Meilleur scénario original en fiction court-métrage : ‘‘Pile à l’heure’’, de Mariam Doumbouya
  • Prix de la Meilleure interprétation masculine en cinéma : Michel Bohiri, dans ‘‘Sans regrets’’ de Jacques Tra Bi
  • Prix de la Meilleure interprétation féminine en cinéma : Khady Touré, dans ‘‘L’interprète 1’’ de Khady Touré et Olivier Koné
  • Prix du Meilleur réalisateur en fiction long-métrage : Philippe Lacôte, avec ‘‘Run’’
  • Prix du Meilleur réalisateur en fiction court-métrage : Mariam Doumbouya, avec ‘‘Pile à l’heure’’
  • Prix de la Meilleure fiction court-métrage : ‘‘Pile à l’heure’’, de Mariam Doumbouya

CATÉGORIE AUDIOVISUELLE (séries télé)

  • Prix du Meilleur scénario original série télé : ‘‘Sœurs ennemies’’, d’Erico Sery
  • Prix de la Meilleure interprétation masculine en série télé : Guy Kalou, dans ‘‘brouteur.com 3’’ d’Alain Guikou
  • Prix de la Meilleure interprétation féminine en série télé : Cynthia Nassardine, dans ‘‘Chroniques africaines’’ des sœurs Marie et Alexandra Amon
  • Prix du Meilleur réalisateur de série télé : Erico Sery, avec ‘‘Sœurs ennemies’’
  • Prix de la Meilleure série télé : ‘‘Invisibles’’, de Alex Ogou

CATÉGORIE SPÉCIALE

  • Prix de la Meilleure fiction court-métrage école : ‘‘La maîtresse’’, de N’Goran Marc-Antoine.
  • Prix du Meilleur documentaire court-métrage : ‘‘Nostalgie’’, de Estelle Koné
  • Prix du Meilleur documentaire long-métrage : ‘‘Cola, une noix aux mille vertus’’, de Coulibaly Seydou
  • Prix du mécène : Danho Paulin, Ministre ivoirien des sports
  • Prix d’honneur : Henri Duparc et Timité Bassori
  • Prix de l’invitée spéciale : Yvonne Nelson
  • NISA D’Or : ‘‘Invisibles’’ de Alex Ogou