C’est avec le cœur joyeux et beaucoup d’hospitalité que la gallérie Cecile Fahkoury (Abidjan) présente la deuxième exposition de l’artiste ivoirien Yeanzi Lanin Saint-Etienne. Le vernissage de “Projections” a eu lieu le 11 mars 2017 et ses œuvres seront exposées jusqu’au 13 mai 2017. Tour d’horizon de cette exposition qui fait sensation actuellement à Abidjan.

 13 œuvres, 13 voyages dans le temps… 

Des silhouettes et visages au cœur de l'exposition Crédit photo : Virginie Kossonou
Des silhouettes et visages au cœur de l’exposition. Crédit photo : Virgin

Ce sont au total 11 toiles et deux installations qui arborent les murs de la gallérie Cécile Fakhoury. Les toiles sont issues d’une seule et même série les pétroliers, groupe aux multiples facettes. Des œuvres d’art qui vivent au rythme du temps. C’est en quelques sortes le message que Yeanzi lance aux autres artistes. « Un artiste qui n’est pas à l’écoute de son temps est appelé à être oublié. » indique t-il. 

 Et il l’applique bien, car ses œuvres sont faites de sachets plastiques fondus. Dans un pays où la production et l’utilisation de ces gadgets sont interdites depuis 2016. Principale  cause de pollution des villes, le sachet plastique  recyclé est la matière qu’il utilise le plus dans ses œuvres.

En réel contemporain, l’artiste est beaucoup touché par les questions d’actualité, entre autres le “brexit”. Les imprimés de journaux en anglais et en français sont visibles dans son travail. Il fait un analogue entre l’actualité et les événements de son quartier. Le phénomène du “Brexit” résonne en lui comme une manifestation familière.

A la quête d’une identité relative

 représentation de la diversité humaine. Crédit photo : Virginie Kossonou
Représentation de la diversité humaine. Crédit photo : Virgin

Les cartes d’identité et les passeports dont nous disposons tous sont censés nous définir dans la société. L’artiste invite toutefois à une introspection, un auto questionnement: Qui sommes-nous vraiment au delà de ces cultures et de ces frontières  ? Pour ce faire, il se réclame plusieurs identités dont il s’inspire de personnes qui lui sont proches.

Cette quête se libère dans l’installation Exit, une véritable éclosion d’identités  que Yeanzi fait ressortir des gens qui le touchent culturellement. Les nationalités togolaise, sénégalaise, française, ivoirienne revendiquées par un seul individu montrent cette appartenance identitaire aux choix multiples.

Projections” est la deuxième exposition personnelle de Saint Etienne Yeanzi après “persona” en 2015.

Virginie Kossonou

Yéanzi - Akpany