C’est une importante exposition dans la carrière du jeune Obou Gbais. Il expose ses plus belles oeuvres actuelles à la Rotonde des Arts, un important établissement situé au centre des Affaires d’Abidjan. L’artiste peintre discute avec de nombreux invités et répond surtout aux interrogations qui suscitent face à ses beaux tableaux, mais bien plus à cause de ses caricatures des femmes de son quotidien.

Du beau qui se cache derrière la laideur des caricatures

Cette scène se passait à la Rotonde des Arts, le 2 Août 2018. Jour du vernissage pendant lequel celui-ci a séduit le public avec ses caricatures particulières de la femme selon son entendement.

Des dessins de femmes aux formes biens arrondies et qui ne sont pas loin d’être moches. Le tout, avec des couleurs chaudes et un effet palpitant qui se dégage au regard de ses toiles. Son style c’est le Braid Art comme il aime appeler. Une représentation du beau qui se cache derrière le laid.

Les demoiselles d’Abidjan et Complicité

Ces tableaux sont les grandes attractions de la collection d’Obou. L’un est probablement inspiré de Pablo Picasso avec son œuvre Les demoiselles d’Avignon, comme le nom l’indique et l’autre de   Même nudité représentée dans un contexte différent. Les demoiselles d’Abidjan ont des formes généreuses et représentés fièrement la beauté de la femme africaine. Leur posture qui peut évoquer la solidarité est une des valeurs qui tolère le visage  manant de ces jeunes filles caricaturées.

Le Polygame

Obou est aussi un artiste engagé. On se rappelle tous de sa représentation faites pour soutenir les déguerpis de Cocody Danga à Abidjan. Il lance très souvent des messages à travers ses toiles. Celle-ci cette conçue avec un mélange de peinture et collages.

Elle s’inspire de la vie de cet artiste qui nous confiait avoir grandi dans une famille polygame :

« J’ai un esprit ouvert à la Polygamie (…) mon Père a 2 femmes mais la famille s’est toujours très bien entendu. ».

C’est clair, on y comprend qu’avec lui, l’art comme thérapie personnelle.