Public et artistes ont assisté au vernissage de l’exposition 2 en 1, de Barnus  Gbekide et Salif Derme dit “Yebre”. Les amoureux de l’art auront un mois pour visiter ces œuvres exposées à la rotonde des Arts contemporains (Plateau). Et ce, à partir du mardi 17 octobre 2017.

Tous les ingrédients étaient réunis pour cet événement artistique. Quoiqu’un peu débordé Prof Lassina Konaté a accueilli les invités avec une grande chaleur. Il fallait se promener entre les photographies de Barnus présentées dans la salle et les sculptures de “Yebre” dont le quartier générale était l’extérieur de l’immeuble Nour al Hayat.

Les deux expositions présentent des tableaux, et des sculptures remarquables par la diversité des sujets, des styles et des techniques.

La somme vaut mieux que la paire

Si les deux artistes ont bien voulu s’associer pour nous faire vivre au mieux cette soirée artistique, c’est parce qu’ils ont bien compris qu’ensemble il serait plus fort. Ils ont une vision commune de l’art. Barnus Gbekidê a fait le tour de la Côte d’Ivoire à la recherche des plus belles images qui valorisent la culture du pays. Pour lui, ces clichés se veulent un regard poétique qu’il tente par une apparence poétique de mettre en évidence. Pour que chacun ressente que dans un regard photographique il y a puissance poétique.

“Il y a des choses qui  peuvent DISPARAÎTRE mais  restent par la puissance magique de la photographie” Barnus Gbekidê

Quand a Salif Derme alias Yebre, il ne reste pas en marge de la promotion de la culture locale. Bien au contraire, il met au devant la scène les symboles qui la définissent. On y voit des sculptures d’éléphant et surtout certaines qui expriment le rôle de la femme dans la société.

Nous n’avons pas eu l’occasion d’échanger avec lui. Néanmoins, l’une de ses œuvres a attiré particulièrement mon attention. C’est une sculpture qui relate les comportements indifférents de l’homme dans sa communauté. L’héritier d’une cinquième génération de fondeurs de bronze du Burkina Faso arbore des singes en bronze qui imite nos réactions face aux maux qui minent la société.

Je repars avec un sentiment d’avoir appris quelques choses de nouveaux. L’art c’est aussi l’expression d’un message fort. C’est sur cette que je pars en repensant à la prochaine fois que je viendrai à la Rotonde.