L’industrie musicale à l’épreuve du Coronavirus

C’est l’un des secteurs d’activités les plus touchés par la pandémie du Covid-19. Habitués aux foules et à la chaleur humaine, les artistes n’ont pas d’autres choix que de se tourner vers le live to home.

Habitué à être débordé par les dates et les calendriers de prestations à respecter l’artiste chanteur Venom le cascadeur se gratte les mains aujourd’hui à la recherche d’activités et voit son quotidien impacté par cette crise sanitaire. Aujourd’hui, il passe son temps entre sa famille et l’écriture de prochain single.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par venom le cascadeur (@venom_cascadeur) le

Cette situation que vit Venom n’est pas étrangère à bon nombre d’entre nous, les musiciens y compris. Plus de concert, de spectacle et même de prestation dans les bars ou établissement musical. Le constat est clair, l’industrie musicale semble être sévèrement touchée par les mesures prises par le gouvernement pour combattre l’expansion du coronavirus. En Côte d’Ivoire, Le Masa ( marché des arts du spectacle d’Abidjan) a été sauvé in extremis du 7 au 14 mars. Le Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA) quant a lui a été reporté à une date ultérieure. Cette grande messe de musique urbaine qui rassemble chaque année une cinquantaine de milliers de festivaliers est affectée, mais Asalfo son commissaire général est clair, ce report s’explique :

“ (…) par solidarité et par conscience. Nous ne voulons pas que le FEMUA devienne un foyer de contamination. Tout le monde est concerné, tout le monde doit s’y mettre «  .

Comme les gaous d’anoumabo, plusieurs artistes et organisateurs de spectacles ont dû annuler leurs activités pour éviter les rassemblements de tous genres, ou proscrites par les autorités. Cependant, loin des fans et des bains de foule, les artistes n’ont pas le choix que de se tourner vers les offres du digital.

Le digital, une alternative ?

Au début de l’expansion du virus, l’idée de se produire devant son mobile revêtait à sensibiliser ou encourager les citoyens à rester chez eux. On a pu voir Black M, Jean Jacques Godman et bien d’autres chanteurs de l’hexagone en live interprétant des hits très appréciés par les mélomanes, tout en rappelant aux populations de rester chez elles. Certes, la plupart des artistes avaient l’habitude de communier avec leurs fans sur les réseaux sociaux mais, cette crise à imposer le digital comme alternative aux prestations scéniques. Faire des performances en direct, avec l’appui technique des réseaux sociaux est devenu une tendance. Plusieurs artistes se sont produits en live depuis leur domicile, devant des milliers de spectateurs confinés.

Sous nos cieux, c’est rendez-vous pris chaque soir sur instagram pour regarder les directs de Serges Beynaud ou encore Didi B. Ce dernier n’hésite pas à ajouter un brin d’humour à ses improvisations comme on le voit ici imiter les nouchis. Un tout cocktail de Tamsir à l’instrumental. Il est suivi par de nombreux abonnés et donne le ton à plusieurs autres artistes ivoiriens qui font de même.

 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Didi B (@mojaveli.13.kiffnobeat) le

La maison de production artistique Sony Music Entertainment Côte d’Ivoire, a conceptualisée cette tendance : Live from home, avec les artistes de son écurie. La gabonaise Shan’L a donné le coup d’envoi le samedi dernier. Elle interprétait en direct ses compositions les plus chaudes.

Les spectacles en ligne sont donc une réponse aux problèmes que vit l’industrie musicale en ce moment. Mme Fiurella Theodose, responsable communication de la fimre nous confie que cette situation met à mal les tournées médiatiques des artistes de la maison.

« Nous sommes obligés de nous activer à distance car les artistes ont besoin de rester en contact avec les nombreux fans confinés partout dans le monde. Live from home, est donc une alternative pour égayer les mélomanes et surtout parce que la musique dit-on la musique adoucit les mœurs.”

C’est pourquoi Raîssa Koné, chargée du sponsoring dans une entreprise de télécommunication, pense que cette situation doit amener l’industrie de la musique à connaître une réelle digitalisation.

“Cette crise va permettre au milieu artistique et surtout au showbiz ivoirien de connaître une réelle transformation digitale. Vous voyez Mulukuku a fait un mix live, Jeune Lio et Black Charlie l’ont fait également Dj BDK est plus acharné sur Dailymotion avec un mix vidéo de 30 minutes, ses exemples montrent que les musiciens embrassent l’utilisation réelle des réseaux sociaux dans la mise en valeur de leur talent. Le résultat de tout cela est la croissance de la fanbase des artistes et ceux-ci seront vus différemment lorsque les activités reprendront vis-à-vis de ce qu’ils étaient avant cette crise.”

Cependant, les choses ne se passent pas comme les artistes l’auraient souhaité. On se dit qu’avec le confinement, les gens écouteront les hits en streaming. Que nenni, car une étude parue dans la rubrique culture de 20 Minutes montre que le confinement ne réussit pas aux plateformes musicales comme Spotify, Deezer ou Apple Music. Selon les chiffres d’Alpha Data, relayés par Rolling Stone, le nombre de streams enregistrés était de l’ordre de 20,1 milliards aux Etats-Unis la semaine du 13 au 19 mars, soit une chute de 7,6 % du volume d’écoute.

Un effet inattendu qui montre que La musique subit  un coup dur et sérieux avec le Covid-19. Aujourd’hui, de nombreux talents voient leur ascension en baisse. Et si nous sentons l’impact de cette crise sanitaire sur les artistes chanteurs , il y va de même pour les danseurs, instrumentistes et les nombreux prestataires de services qui interviennent lors de l’organisation de spectacle. C’est toute la chaîne qui se sent mal et qu’il va falloir repenser le fonctionnement.

© 2016 Akpany Blog. All Rights Reserved.

En Haut