L’Abissa est une grande fête culturelle de réjouissance chez les « Nzima Kotoko », peuple du sud de la Côte d’Ivoire. Elle se déroule chaque année précisément en début de mois de novembre. L’édition 2017 a eu lieu du 29 octobre au 5 novembre. Célébrée chaque année, la fête de l’Abissa est l’occasion de critiques, de confessions, de pardons et surtout de réconciliation.

La cérémonie de lancement de l’Abissa s’est tenue le 27 septembre 2017 au centre culturel Jean Baptiste Mockey de Grand-Bassam. Nous nous sommes rendus à Grand-Bassam le samedi, profitant ainsi, du week-end pour vivre les derniers moments de cette fête traditionnelle devenue populaire.

Tout comme l’an dernier, la ville nous accueille avec une effervescence particulière. Une foule de personnes venus des 4 coins du monde tente difficilement d’accéder au quartier France. On aperçoit quelques touristes européens, américains et asiatiques faire la queue – Quoiqu’ils bénéficient de quelques avantages à cause de la couleur de leur peau. Bon pour l’Abissa on vous le concède, vous venez de loin…

L’embouteillage est monstrueux. Le conducteur de notre taxi nous propose de nous descendre juste après le pond de la victoire. Arrivée sur la place de l’Abissa, il nous faut affronter une file d’attente interminable, surtout que nous ne disposons pas d’accréditation presse. Impossible donc d’accéder à la place publique.

Abissa 2017
Abissa 2017

On se réserve à visiter la plage et les bâtiments vétustes de la ville historique, juste le temps que la foule diminue. Après quoi, nous nous retournons sur la place de l’Abissa, pour danser l’Edogblé. De façon exceptionnelle, les tambours se sont arrêtés aux environs de 22 heures.

I’m American woman at Grand-Bassam for Abissa

Après son court séjour de travail à Abidjan, Heaver décide de faire un tour à l’Abissa. Vêtue d’une tenue Akan qu’elle a probablement acheté sur place, la jeune dame tente d’imiter les pas de danses des Bassamois pour se fondre dans l’ambiance.

Pour elle, cet événement culturel est une occasion de découvrir la culture de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique de l’ouest en général. On sent qu’elle est séduite par ce qu’elle découvre. Elle ne regrette pas son séjour et apprécie vivement ces instants de partage.

C’est un événement très passionnant, avec des musique pleine d’énergie ! J’ai vraiment adorer l’entrée du Roi , C’ÉTAIT vraiment divertissant!

Les éditions se succèdent et la fête traditionnelle prend une notoriété importante, jusqu’au delà du pays. Comme le témoigne la présence de notre amie venue de Californie (Etats Unis). L’autre visage de l’Abissa, c’est la foire des maquis, bars, stands des entreprises et des animations qui donnent de la couleur au quartier France habituellement calme. Avec toutes les dérivent qui s’y mêlent aussi : Sexe, alcool et drogue.

Finalement, Le résultat est patent. Car chez le peuple N’Zima, l’Abissa règle tout…enfin presque tout. Et pour cette occasion, la pluie est l’hôte le plus indésirable. La preuve, ce dimanche – dernier jour de l’Abissa – il a plu partout dans la ville sauf au village des pécheurs. Vous l’aurez compris !

Abissa 2017 - Crédit Photo : Mac Daniel
Abissa 2017 – Crédit Photo : Mac Daniel
Abissa 2017 - Crédit Photo : Mac Daniel
Abissa 2017 – Crédit Photo : Mac Daniel
Abissa 2017 - Crédit Photo : Mac Daniel
Abissa 2017 – Crédit Photo : Mac Daniel
Abissa 2017 - Crédit Photo : Mac Daniel
Abissa 2017 – Crédit Photo : Mac Daniel
Abissa 2017 - Crédit Photo : Mac Daniel
Abissa 2017 – Crédit Photo : Mac Daniel